Quand l’échec nous aide à développer notre persévérance

Nous sommes tous susceptibles de connaitre l’échec. Eviter l’échec à tout prix, c’est s’empêcher de vivre d’une certaine manière ; c’est éviter le risque, la nouveauté, c’est se détourner des projets qui nous tiennent le plus à cœur.

Qu’il s’agisse de coaching ou de thérapie, les personnes que j’accompagne sont souvent confrontées à l’échec. Elles me consultent parce qu’elles ont un défi à relever, un comportement à faire évoluer, une phobie à guérir, un TOC de dermatillomanie, etc.

L’échec devient un problème si on le redoute, car alors on lui prête un pouvoir démesuré sur l’image que nous avons de nous-mêmes, le regard des autres, nos capacités, nos vies mêmes… La représentation que nous avons de l’échec peut nous amener à lui attribuer des propriétés qu’il n’a pas réellement. Lire la suite « Quand l’échec nous aide à développer notre persévérance »

Le cercle d’influence, où comment réduire l’anxiété

En cette période de confinement, vous êtes nombreux à me partager vos préoccupations. Et quoi de plus normal en ce moment que d’avoir le cerveau accaparé par des sujets qui constituent une sérieuse source d’anxiété :

  • « Comment allons-nous sortir de cette crise ? 
  • Quel va être le niveau scolaire de mon petit garçon qui a déjà des difficultés ?
  • Est-ce que l’entreprise qui m’emploie va se remettre de cette catastrophe ?
  • Pourvu que mon père, qui est en EHPAD, ne tombe pas malade… »

Dans son livre, “les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent”, Stephen R. Covey aborde une théorie très intéressante, selon laquelle notre énergie et notre temps sont occupés soit à des choses qui nous échappent, soit à des choses sur lesquelles nous avons le pouvoir d’agir. Et vous allez voir que la manière dont vous investissez votre énergie psychique produit un effet plus ou moins positif sur votre bien-être… Lire la suite « Le cercle d’influence, où comment réduire l’anxiété »

Réagir ou bien agir face aux situations

La méditation pleine conscience part du principe que les expériences que nous vivons sont de nature fluides et changeantes. C’est l’idée que tout change, que tout est impermanent : une pensée ne s’attarde pas dès lors que l’esprit ne focalise pas dessus, un sentiment passe dès lors que le mental ne s’y agrippe pas pour y ajouter questions et inquiétudes, nos relations changent à chaque instant, etc.

Selon la philosophie bouddhiste, nous sommes aptes à réaliser que ce que nous considérons comme « acquis, solide, sur » n’est pas une « chose »* mais une expérience.  * ma douleur, ma pensée, mon émotion, ma conviction, etc. Lire la suite « Réagir ou bien agir face aux situations »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑