Posts

Faire le test des Drivers.



Le premier épisode d’hypnose est en ligne !

Vous avez été nombreux à avoir envie de tester ce premier enregistrement d’hypnose dédié à la dermatillomanie.

Un GRAND merci à celles et ceux qui nous ont fait un retour, et qui contribuent ainsi à offrir cet enregistrement à la communauté des dermatillomanes ! Merci à Claire, Céline, Camille, Brigitte, Charlotte, Axel, Flore, Ludivine, Noémie, Cindy, Ariane et Franck.

Pour l’écouter, cliquez ici.



12 avril 2021

Transformer une croyance limitante en croyance aidante

Avez-vous remarqué que face à certaines situations vous vivez les mêmes blocages ? Prendre la parole en public, créer votre entreprise, dire « stop », prendre des risques, vendre vos prestations, faire face au conflit…

Vos freins viennent peut-être d’une CROYANCE, et il est possible de la MODIFIER

Une CROYANCE c’est une pensée qui… S’est construite à partir de nos expériences / Donne du sens à nos comportements, nos émotions, nos succès, nos échecs / Détermine nos jugements sur nous et sur les autres

Elle peut être limitante ou aidante.

Identifier le TYPE de croyance limitante : IMPOSSIBLE : objectif inatteignable – « Personne ne peut le faire » / INCAPABLE : compétences manquantes – « Je n’en suis pas capable » / IMPOSTEUR : valeur personnelle – « Je ne le mérite pas »

Connaitre le CONTEXTE : Quelle est la peur qui mène à cette croyance ? / Quelles en sont les exceptions ? (situations où vous avez dépassé cette peur) / Quel objectif cette croyance vous empêche d’atteindre ?

Prêt pour la TRANSFORMATION ?

Croyance limitante : JE ne sais pas prendre la parole en public

Exceptions : POURTANT j’ai un rôle d’animation dans une association caritative

Prise de recul : CAR je sais quoi dire et pour quelle cause

Nouvel objectif : AINSI je pourrai transposer ces ingrédients dans mes futures prises de parole

Bonne pratique : EN donnant du sens à ce que j’ai à dire, en préparant et en me lançant

Croyance aidante : ET DONC je suis CAPABLE de parler en public

De NOUVELLES POSSIBILITES s’ouvrent à vous… Tout est POSSIBLE / Vous en êtes CAPABLE / Vous le MERITEZ


Cela vous arrive d’avoir le sentiment de déplacer des montagnes pour aller dans le sens de vos objectifs, et de vous sentir plombé.e par moment ?

Nos progrès les plus importants sont rarement linéaires. Ils ressemblent davantage à des marches d’escalier : je monte une marche, parfois avec une énergie dingue… puis je stagne, voire je redescends d’une marche… mais je ne retombe jamais tout en bas de l’escalier.

Parce que chaque étape m’a permis de changer, d’apprendre, de devenir une nouvelle version de moi-même.



Quels mots utilisez-vous pour vous désigner ? Vous êtes plutôt « Tu n’as pas de volonté » – « Tu es grosse » – « Tu n’as pas de chance dans la vie » ? Ou bien « Je suis attentionné » – « Je suis volontaire » – « Je suis fiable » ? Les mots que nous utilisons pour nous décrire ont largement tendance à composer ce que l’on appelle « Moi ». Nous nous identifions à nos propres descriptions ; nous sommes en fusion avec les qualificatifs que nous nous attribuons, nous en venons à croire que nous sommes ces mots. Ainsi nous produisons une partie de notre souffrance. La bonne nouvelle est que nous pouvons percevoir que nous percevons, et ainsi prendre de la distance avec ce que nous disons de nous. Nous sommes bien plus que nos perceptions, nos souvenirs, nos émotions, puisque nous percevons tout cela. Alors, autant sélectionner ce à quoi nous souhaitons nous identifier !


Eviter de nous confronter à ce qui nous stresse intérieurement… pensées, émotions, souvenirs, sensations… EVITEMENT COMPORTEMENTAL Je fuis ou j’évite les situations qui pourraient me stresser PROCRASTINATION Je reporte ce qui pourrait me stresser AVERSION pour la DÉTRESSE Je pense que pour aller bien, je ne dois jamais me sentir mal DISTRACTION et SUPPRESSION Je cherche à penser à autre chose pour ne pas me sentir mal RÉPRESSION et DÉNI Je dissimule mon stress ou je ne le perçois pas CAPITULATION Pour ne pas me sentir mal, je renonce à ce qui est important pour moi


 » Ce à quoi on résiste, persiste  » ou la loi de l’effort inverse – Ce à quoi tu résistes, persiste – ou la loi de l’effort inverse Insomnie, anxiété, TOC, addiction, douleur, poids… Plus nous luttons pour y échapper, pour nous en libérer, et plus nous vivons ce que nous redoutons. Pourquoi ??? 1. Notre cerveau se focalise sur le sentiment de manque : se sentir mieux, dormir mieux, ne plus avoir mal… 2. Le désir engendre l’insatisfaction : je veux quelque chose que je n’ai pas. Plus on veut être riche, plus on se sent pauvre. Plus on veut être avoir une belle peau, plus on se trouve moche. Plus on cherche à se sentir mieux, et moins on se sent bien. Nos pensées et nos comportements fonctionnent alors comme une corde tendue entre ce que l’on considère être un problème et l’objectif. Heureusement la loi de l’effort inverse fonctionne dans les deux sens : moins se préoccuper de quelque chose permet de mieux le réussir. Il n’y a plus de corde tendue entre un problème et un objectif. Lorsque deux personnes tirent sur une corde, plus son adversaire tire fort et plus vous devez tirer. Lâchez la corde… certes vous avez perdu, mais l’action se termine plus vite et vous pouvez passer à autre chose. C’est aussi ce qu’on appelle le lâcher-prise.


Oser être soi c’est avoir le courage et la force de dépasser les attentes de la société et de notre entourage. C’est dépasser nos peurs et se détacher du regard des autres. C’est s’autoriser, peut-être, à sortir du rang pour révéler notre Être.

Quel est le projet que vous différez par crainte de sortir du rang ? Quel est celui que vous assumez pleinement de mettre en œuvre ?


La façon dont nous interprétons les comportements et les situations dépend de notre propre représentation du monde. Cette représentation agit comme un filtre mental qui se forme dès notre plus jeune âge. Elle est constituée des opinions et croyances que nous nous sommes forgées au fil de nos expériences.


Tout au long de notre vécu, notre cerveau a appliqué la logique du « si… alors… » :
✔️Si je dis ce que je pense, alors je m’expose à la critique.
✔️Si je me plains, alors j’attire l’attention.
✔️Si mon conjoint est fâché après moi, alors c’est que je n’ai pas fait/dit ce qu’il fallait.

Ainsi avons-nous construit nos certitudes sur nous-même et sur le monde, et développé des automatismes qui associent pensée, émotion et comportement. Par exemple :
▶️ J’ai peur de me sentir rejeté : j’ai appris à éviter de dire ce que je pense.
▶️ J’ai peur d’être insignifiant : j’ai appris à attirer l’attention en me plaignant.
▶️ Je manque d’estime de soi : j’ai appris à me sentir coupable face à la colère des autres.
▶️ J’ai peur de ne pas être respecté, reconnu : j’ai appris à me mettre en colère face à une personne qui n’est pas aimable.


La difficulté amenée par nos croyances, lorsque nous fonctionnons en pilote automatique, c’est qu’elles ne nous permettent pas de percevoir les situations et les personnes telles qu’elles sont dans l’ici et maintenant.


Je peux notamment apprendre de mes comportements en prenant du recul sur eux : De quoi ai-je véritablement besoin lorsque j’agis ainsi ? Quel est le bénéfice recherché par mon comportement ? Par exemple quel est le besoin caché derrière la colère ? Réparation, reconnaissance, écoute, etc. 


Connaissez-vous une personne qui tente de cacher aux autres qui elle est, par crainte de ne pas être acceptée telle qu’elle est ? Ou peut-être que vous connaissez une personne qui ne sait pas vraiment qui elle est ?

Une meilleure connaissance de soi facilite la relation aux autres et améliore l’estime de soi.

La fenêtre de Johari aide à mieux se connaître, à comprendre l’image que nous renvoyons aux autres. Elle peut aussi être très utile pour voir l’évolution de l’estime de soi.

✔️Soi dévoilé : connu de moi et des autres – ce que je sais sur moi et que je montre

✔️Soi aveugle : connu seulement des autres – ce que je ne sais pas à mon propos, la vision des autres

✔️Soi caché : connu seulement de moi – ce que je sais sur moi et que je cache aux autres

✔️Soi inconnu : ce que ni moi ni les autres ne connaissent de moi (inconscient)

En développant l’estime de soi, on peut augmenter l’ouverture dans le cadran « Soi caché ». Ceci passe par une augmentation de la confiance en soi et dans les autres.

La zone du « Soi aveugle » diminue, car l’ouverture aux autres et à leurs opinions augmente la connaissance de soi.

Il se peut aussi que la zone du « Soi inconnu » diminue parce que l’inconscient trouve des moyens de s’exprimer

OSER ÊTRE SOI 

️- Soi dévoilé : que montrez-vous de vous aux autres ?

️- Soi aveugle : que pourriez-vous demander à ceux qui vous connaissent à propos de ce qu’ils voient de vous ?

️- Soi caché : quels aspects cachés de vous aimeriez-vous révéler aux autres ?

️- Soi inconnu : que vous disent vos rêves ? Les écrivez-vous ?

La fenêtre de Johari a été créée par Joseph Luften et Harry Ingham en 1955.

Et vous, quel petit pas pourriez-vous faire pour être encore plus vous-même ? 


Ni hérisson, ni paillasson : s’affirmer sans conflit

Comment s’affirmer dans la relation à l’autre sans s’écraser soi-même et sans écraser l’autre ? 

Le comportement inhibé (paillasson) consiste à subir les relations avec autrui sans oser exprimer ce qu’on veut ou ressent. On se conforme aux autres.
Le comportement agressif (hérisson) peut être lié à une estime de soi basse qui ne trouve que l’agressivité pour s’exprimer.
Une personne fait preuve d’affirmation de soi (assertivité) quand elle se positionne sans soumission, sans agression, sans manipulation.

Les comportements assertifs sont en particulier :

– savoir dire ce que l’on pense

– savoir dire « non »

– savoir dire « je ne sais pas »

– savoir demander à bon escient

Un bon réflexe dans vos interactions avec les autres peut être de prendre un temps pour vous auto observer : « Dans cette situation relationnelle, hérisson ou paillasson ? »


Nous sommes des êtres doués d’intelligence. Ce qui nous a naturellement conduit à croire nos pensées 💭
Nous nous laissons embarquer par nos pensées, nous avons tendance à les suivre 💨
Pourtant des études scientifiques montrent que nous aurions plusieurs milliers de pensées par jour. Et que la plupart sont :
✔️ Automatiques – non issues d’une réflexion – par exemple quand nous sortons de notre lit, nous brossons les dents, nous versons un thé…
✔️ Identiques à celles de la veille – et donc calquées sur une continuité de projet, de préoccupation, d’habitude, de suite à donner à quelque chose – mais très ajustées au présent
✔️ Négatives – source d’anxiété
On peut dire que nos pensées méritent d’être challengées ! 😊
En ce moment, quel.s sujet.s votre mental a-t-il tendance à étiqueter « difficile » ?


Journée internationale des câlins 💚💙💛


Avez-vous déjà remarqué à quel point l’être humain aime être différent ? Il suffit d’observer autour de soi pour entendre des personnes revendiquer qu’elles ne sont pas comme les autres 🚀

Derrière cette volonté d’être unique se cache une quête identitaire : celle qui permet de s’assumer face aux autres et d’acquérir son autonomie psychique. Lorsque la démarche est bien faite, elle permet à l’enfant de s’assumer progressivement, en tant qu’être unique et différent. Puis à l’adolescent qui deviendra un adulte de se trouver une place, « sa place »… 🙌

Ce phénomène d’identification passe par un processus de similitude et de différence : « Tout en étant unique, je vis mal le fait que l’on me dise que je ne suis pas comme tout le monde. » L’être humain cherche à s’affirmer au travers de la formule suivante : « Je suis JE : semblable à mes pairs, et différent de vous ».

Face à tant de semblables, pareils et différents en même temps, l’être humain éprouve le besoin de donner du sens à son existence, de se sentir utile pour exister en tant qu’entité unique. Se donner ce sentiment d’être à part pousse l’être humain à vouloir être reconnu, à exister en passant par le fait de « faire quelque chose de sa vie » 💯

Comment la notion de différence résonne-t-elle pour vous ?


Un article intéressant et apaisant, pour ceux qui ont parfois pu se dire qu’ils étaient fous ou qu’ils avaient un problème 🙏 Éclairage aussi sur la différence entre hypersensibilité et haut potentiel.


2021 est l’année internationale de la Paix et de la Confiance. Deux thèmes qui me touchent et guideront notamment mon travail cette année.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :