Dermatillomanie

La dermatillomanie est un TOC (trouble obsessionnel compulsif). D’après le DSM-5 – manuel international des troubles mentaux – « le trouble d’excoriation compulsive (dermatillomanie) consiste en un grattage de la peau compulsif. »

Qui dit TOC, dit trouble anxieux. Si vous souffrez de dermatillomanie, c’est que vous avez certainement une tendance anxieuse. Ce n’est pas grave – beaucoup de personnes souffrent d’anxiété à des degrés plus ou moins importants. Ce qui se passe c’est que nous ne sommes pas tous égaux face à notre manière de gérer notre stress, notre anxiété, nos émotions.

Pour la plupart des personnes cela s’auto régule. On ne sait pas toujours comment mais cela fonctionne. Pour d’autres la régulation de l’anxiété passe par un TOC. C’est le TOC qui va me permettre de contrôler mon anxiété.

Certaines personnes souffrent d’un TOC de vérification. Elles vérifient par exemple 10 fois qu’elles ont bien fermé la porte à clé quand elles partent travailler. L’anxiété, la tension interne, amène un doute. C’est par la vérification que la personne se rassure et qu’elle part travailler.

Pour la dermatillomanie, il y a une tension interne, un trop plein d’anxiété – même si je ne la ressens pas – qui va s’apaiser au travers du fait de toucher la peau. Vous avez dû remarquer que pendant une crise vient un moment de soulagement, voire de satisfaction.

Notre inconscient – dont la mission est de nous protéger, nous préserver – a mis en place cette stratégie pour nous aider à réguler notre anxiété, notre stress, nos émotions.

L’intention est bonne en soi ! C’est le moyen qui n’est pas le bon, parce qu’il conduit à s’abîmer la peau et à avoir des répercussions sur le moral, l’estime de soi, etc.

C’est important de comprendre ce mécanisme parce que du coup, si je trouve d’autres moyens de soulager mes tensions, de me défouler, etc., je baisse le niveau de tension interne. Et plus je le baisse, moins j’ai besoin de toucher la peau pour réguler mes tensions.

Symboliquement, percer un bouton, faire sortir quelque chose, enlever une imperfection, une croûte, c’est extérioriser quelque chose, sortir quelque chose de soi.

Et on peut avoir beaucoup de choses à extérioriser !

  • Des émotions
  • De l’anxiété, du stress, des tensions
  • Des souvenirs, des vécus mal digérés, des traumatismes
  • Des non-dits
  • Des choses que je n’aime pas chez moi
  • Et d’autres encore

Quand vous touchez votre peau, savez-vous ce que vous cherchez à extérioriser ? Certes vous focalisez sur un bouton ou une zone que vous inspectez. Mais posez-vous la question : au fond, qu’est-ce que je cherche à extérioriser là maintenant ?

En apprenant à extérioriser les émotions, les non-dits, les tensions, etc. on trouve d’autres moyens de le faire qu’au travers de la peau.

Clique ici pour réserver ton rendez-vous.

Retrouve le premier podcast dédié à la dermatillomanie ici.

Un bilan derma, c’est quoi ?

Ça commence par un questionnaire et un test que vous complétez chez vous. Les résultats sont approfondis lors d’une consultation en visio. Un e-book vient compléter les échanges. Il contient des explications sur ce qu’est la dermatillomanie, et des conseils pour progresser en autonomie.

Un bilan, pour quoi faire ?

Pour valider si je souffre ou non de dermatillomanie. Si oui, évaluer le degré de sévérité du trouble.

Cerner quelle peut être l’origine de mon trouble.

Mieux connaitre le mécanisme psychique associé à la dermatillomanie. Comprendre comment / pourquoi je fais des crises.

Identifier des pistes pour guérir.

Comment ça se passe ?

Vous prenez rendez-vous en ligne. Vous réglez la séance pour valider votre inscription. En retour vous recevez les documents à compléter. Vous les renvoyez. Avant la séance vous recevez un lien par mail pour vous connecter à la visio.

Combien ça coûte ? Le bilan coûte 50 euros. La séance en visio dure 30 minutes.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :