Comment se détacher des jeux psychologiques ? (2)

Dans l’article précédent il était question des jeux psychologiques et du triangle de Karpman.

Connu également sous le nom de triangle dramatique, il reflète les trois rôles joués dans un jeu psychologique : le Persécuteur – le Sauveur – la Victime. Dans une relation, lorsque l’un des protagonistes opte inconsciemment pour un rôle du triangle dramatique, les réactions de l’autre protagoniste se déclenchent automatiquement à partir d’une position différente dans le triangle. C’est ainsi que vous pouvez vous retrouver pris de manière involontaire dans un échange ou une relation qui va vous laisser une sensation négative ou de malaise.

Par exemple, l’un de vos collègues se plaint régulièrement de l’ambiance dans l’équipe, du chef qui est trop directif, de la charge de travail qui ne cesse de s’alourdir, du manque de moyens, etc. (Victime). Plein de bonne volonté, vous essayez de lui trouver des solutions ! Et pour cela vous lui faites de nombreuses propositions (Sauveur). Mais votre collègue n’adhère à aucune d’entre elles. Jusqu’au moment où vous lui dites « Ecoute, je t’ai proposé plein de solutions, mais il n’y a rien qui te convient… débrouille toi du coup… » (Persécuteur)

Rappel sur les attitudes associées à chaque rôle dans le triangle :

triangle dramatique Karpman

Sans nous en rendre compte, nous jouons tous ces rôles à différents moments, pour des raisons qui nous sont propres : une personne qui se plaint cherche probablement de l’attention – elle peut aussi chercher à éviter une situation anxiogène pour elle, comme la prise de responsabilité par exemple – se plaindre du chef est aussi une façon de créer de l’alliance avec les collègues… Pour autant l’impact d’un jeu psychologique entre deux personnes est souvent négatif ; aussi est-il intéressant de les repérer et de savoir s’en détacher.

QUATRE FAÇONS D’ÉVITER LES JEUX PSYCHOLOGIQUES

1. Identifier qu’il y a un jeu

Il s’agit d’apprendre à identifier pour soi-même quels sont les jeux que je pratique régulièrement, et par conséquent ceux dans lesquels j’ai le plus de chance de me retrouver ! Pour repérer nos propres tendances de jeux, on peut se poser 5 questions :

  1. Dans quel genre de situation conflictuelle ai-je tendance à me retrouver régulièrement ?
  2. Comment cela commence-t-il ? Quelle attitude, quels propos ? les miens, ceux des autres. « L’hameçon » auquel je mords est-il la plainte de l’autre, la demande qui me fend le cœur, ou au contraire les pics, l’agressivité ?
  3. Comment ai-je tendance à me comporter et à répondre ? Est-ce que j’essaie de « sauver » l’autre en lui trouvant des solutions, ou bien est-ce que je l’agresse ? Est-ce que je réagis en victime ?
  4. Comment cela termine-t-il habituellement ? Est-ce que je claque la porte, est-ce que je me fais « planter là », etc. ?
  5. Quelle est mon émotion à la fin de la situation ? Qu’est-ce que je me dis ? Par exemple « C’est toujours sur moi que ça tombe », « Personne ne me comprend », etc.

Les réponses à ces questions vous aident à repérer quel rôle vous jouez le plus souvent dans le triangle dramatique, et dans quels types de situations ; vous pourrez alors y être attentif !

2. Ne pas entrer dans le jeu en ne prenant pas le rôle attendu par l’autre 

S’extraire physiquement ou verbalement de la situation, répondre de façon totalement inattendue, orienter la personne vers quelqu’un d’autre (avec qui elle ne « jouera » peut-être pas).

Par exemple, le mari dit : « Chérie tu as vu l’heure ?! » ; sous-entendu : « Dépêche-toi ! » (Persécuteur). La femme, prise dans le jeu répond : « Oui je sais, arrête de me speeder… Tu m’énerves à me mettre la pression… » (Victime)

La femme consciente du jeu : « Ok mon cœur, je sais que suis en retard, laisse-moi encore 10 minutes s’il te plait ». En ne prenant aucune position du triangle dramatique, l’évolution du processus relationnel, qui était prévisible (ils vont probablement se disputer, ou bien elle va se mettre à pleurer…) est interrompue.

Cette option implique d’avoir appris à repérer les jeux psychologiques.

3. Dévoiler le jeu 

Une très bonne façon de ne pas jouer, dès qu’il y a quelque chose que vous ne sentez pas / qui n’est pas clair pour vous dans la relation avec votre interlocuteur, est de lui poser la question suivante : « Quelle est ton intention en me disant cela ? ».

Le plus souvent les personnes ne sont pas conscientes de l’impact de leurs propos sur vous ; en posant cette question vous permettez à l’autre de prendre un temps de recul et de réaliser, soit que son intention est négative, soit qu’elle est en train de faire preuve de maladresse à votre égard. Résultat positif garanti !

4. Si vous avez tendance à agir en sauveur

La trousse du sauveteur (de Claude Steiner), soit 5 questions à se poser.

Pensez à une situation où vous envisagez d’aider quelqu’un, et demandez-vous…

  1. Est-ce que c’est de ma responsabilité ? Le service que j’envisage de rendre, ce que je m’apprête à faire, le fait de résoudre la situation ?
  2. Suis-je compétent, ai-je les capacités pour le faire ?
  3. Ai-je envie de le faire ?
  4. Est-ce que l’autre m’a fait une demande ou pas ? (question essentielle !)
  5. Est-ce que l’autre fait sa part du chemin ? (ce qui lui appartient, ce qu’il peut faire dans la situation) Ou bien est-ce que je m’apprête à prendre en charge le problème de l’autre ?

Vous obtenez 5 OUI ; alors FONCEZ !

Vous obtenez 2 NON ou plus ; attention danger – si vous y allez, vous serez dans le sauvetage

Vous obtenez 1 NON ; dans ce cas ?? il faut voir quel est l’enjeu, et quelle décision vous prenez là-dedans. Mais vous la prendrez en toute conscience.

En conclusion

Il existe de nombreuses options pour éviter les jeux psychologiques. Il s’agit avant tout d’un vrai travail sur soi ! Cela demande de la patience et de l’humilité. Ce qui est sûr, c’est que le fait d’apprendre à repérer les jeux psychologiques et à éviter de jouer amènera de la sérénité dans votre vie 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :