10 comportements pour saboter notre gestion du temps

En matière de gestion du temps et des tâches, nous sommes nombreux à penser qu’une démarche rationnelle suffit : agenda, méthode, etc.

Avec cette approche nous mettons de côté une dimension essentielle : pour se gérer dans le temps, chacun de nous est aussi tributaire de son histoire et de sa personnalité.

Qu’est-ce qui fait que j’ai tendance à accepter de rendre service, plutôt que de faire ce que j’avais planifié ? Pourquoi j’ai autant de mal à me tenir à mes to do list quotidiennes ?

Nous sommes conditionnés par des comportements dont il est difficile de se séparer, car ils sont apparus lors de notre enfance. Certains font partie de notre équilibre : la capacité à rêver, à s’adapter aux choses nouvelles, à profiter pleinement de l’instant présent.

Nos « diablotins » – ainsi nommés par François Delivré – sont ces petites voix de notre dialogue intérieur, qui nous donnent toutes les bonnes raisons de ne pas être efficaces.

Ils nous accompagnent depuis l’enfance, et nous ont rendu de fiers services en nous permettant de nous préserver. Par exemple, quand nous sommes persuadés d’être « large » en délai, nous évitons de ressentir du stress. C’est la raison pour laquelle nous les avons intégrés dans notre mode de fonctionnement. Mais leurs injonctions sont devenues contreproductives dans le contexte de notre vie d’adulte.

« C’est important de rendre service aux autres », « Tu dois pouvoir faire ça en plus de ce que tu as déjà prévu », « Ce n’est pas encore assez bien, continue »…

Comment ces injonctions se sont-elles installées ?

Certaines des injonctions que nous avons intégrées à notre mode de fonctionnement viennent des figures d’autorité que nous avons eues dans notre enfance (parents, enseignants, grand frère, sœur). Ils nous ont par exemple appris que d’aider les autres, c’est ne pas être égoïste. L’enfant que nous étions a pu déduire à un moment donné « Pour être quelqu’un de bien, je dois faire passer les autres avant moi ». Cette croyance aura un impact sur notre gestion du temps : la difficulté à dire non.

Nos diablotins du temps sont au nombre de 10. Ils font partie de quatre équipes :

la pensée magique, le non-choix, l’échec en cours de route et la morosité.

L’important est de les déceler et de les reconnaître. Plus que de chercher à les inhiber, nous pouvons apprendre à « composer » avec eux. Alors nous ne sommes pas en lutte contre nous-mêmes ; nous utilisons nos propres ressources au mieux !

Avant de lire ce qui suit, je vous invite à faire le test pour identifier vos diablotins favoris 😈

Qui nous empêche d’être lucide.

Ces diablotins touchent les personnes qui ont des difficultés pour anticiper la nature d’une tâche (fixer un délai), ou estimer le délai qu’il faut pour l’accomplir. Ces 3 diablotins sont très présents au démarrage des « projets » : ils obscurcissent la perception de la réalité, et minimisent les conséquences négatives des problèmes qui ne seront pas résolus.

« J’ai le temps… », « Ça va le faire », « Si je m’y mets quelques heures avant, ça ira bien »…

Les personnes qui ont gardé de leur enfance une partie de pensée magique ont un atout : elles ont confiance dans la vie et les autres. Pour autant elles peuvent se mettre en difficulté en réalisant à un moment donné la quantité de travail à fournir, ou bien l’approche d’une échéance. Il ne s’agit pas de perdre confiance mais de distinguer les chimères et la réalité pour s’éviter un stress intense.

• Le diablotin CIGALE

Son message dans notre dialogue intérieur : « N’anticipe pas »

Il se manifeste par une difficulté d’anticipation et de planification. La personne éprouve des difficultés à se forger une vision claire du projet : quand, comment, combien, quelles étapes intermédiaires… Elles ne préparent pas le travail, n’anticipent pas les étapes, ne se donnent pas forcément les moyens de la réussite. Elles peuvent avoir tendance à prendre des décisions irréfléchies en démarrage de projet, et ne s’arrêtent pas pour effectuer les étapes de vérification en cours de projet.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « N’anticipe pas » à « Anticiper va me permettre de diminuer mon stress. Je pourrai me faire aider, mûrir mes idées… »

– Mettre des jalons dans mon agenda

• Le diablotin MARMOTTE

Son message dans notre dialogue intérieur : « Rêve, mais ne réalise pas »

Il se manifeste par la passivité. La personne rêve de projets mais ne parvient pas à se fixer d’objectif concret ou à visualiser le projet. L’agenda de la personne « Marmotte » est vide, souvent elle n’en n’a pas et se complait dans des activités « obligées » ou qui ne nécessitent pas de se fixer un délai précis. Elle est mal à l’aise lorsqu’il s’agit de planifier son temps personnel, ou s’il y a des imprévus. Pour autant, elle termine son travail en temps voulu si le délai a été précisé.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– passer de « Rêve, mais ne réalise pas » à « Je peux réaliser mes rêves dans la vraie vie »

– oser entreprendre, commencer par un petit pas, demander du feedback pour s’encourager.

• Le diablotin des PENDULES FOLLES

Son message dans notre dialogue intérieur : « Je suis large en délai… »

Il se manifeste en brouillant les idées de la personne sur les délais ; le cas le plus fréquent étant un retard à la fin du projet. Ce diablotin a un cousin redoutable « le vite vite » : la personne ne supporte pas d’attendre, redoute en permanence de manquer de temps, et donne l’impression que la valeur d’une tâche tient essentiellement à la rapidité avec laquelle elle est accomplie.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « Je suis large en délai… » à « Je peux prendre une marge de manœuvre sans perdre mon temps »

– Evaluer le temps nécessaire en découpant en sous-parties, vérifier après-coup le temps qu’il m’a réellement fallu et ajuster mes prévisions pour l’avenir.

Qui nous empêche de passer à la réalisation concrète

Elle s’adresse à tous ceux qui hésitent au moment de se lancer ; il s’agit pour ces diablotins d’interdire de rentrer dans la réalisation du projet.

« J’ai encore du temps devant moi… », « Rien ne presse… », « Je ne sais pas trop si c’est ce qu’il faut faire »…

• Le diablotin HIBOU

Son message dans notre dialogue intérieur : « N’arrive pas à choisir » (ou, ou)

Il se charge de rappeler à l’esprit hésitant que choisir c’est renoncer. Comment être sûr qu’on a fait le bon choix… ?

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « N’arrive pas à choisir » à « Renoncer n’est pas fermer une porte, au contraire ; avancer permet d’en ouvrir d’autres »

– Inclure l’absence de décision dans la palette des choix : quelles conséquences à l’inaction ?

• Le diablotin SANCHO PANÇA

Son message dans notre dialogue intérieur : « N’agit pas » (par peur des responsabilités)

Il invite la personne à surestimer les fatigues, responsabilités qui l’attendent. Il rappelle que choisir, c’est s’engager, et donc prendre le risque d’échouer. Ne serait-il pas plus sage de renoncer tout de suite ?

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « N’agit pas » à « Je peux prendre des risques sans que cela nuise à mon avenir ; c’est en n’en prenant aucun que je me pénalise »

– Imaginer le scénario où je n’y arrive pas : quel est le risque réel ? Quel est le pire qui puisse arriver ? Je m’autorise à demander de l’aide si j’en ai besoin.

• Le diablotin ON

Son message dans notre dialogue intérieur : « On fait comme ça ? » (dilution des responsabilités)

Il brouille les pistes sur le « Qui fait Quoi ». Il fait l’amalgame entre le collectif et l’individuel et donne bonne conscience à chacun pris individuellement ; mais il pousse de fait à l’inaction collective.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « On fait comme ça ? » à « Je peux m’engager et demander aux autres de s’engager aussi »

– Demander « Qui fait quoi ? Pour quand ? », histoire de clarifier 😉

Qui nous empêche de parvenir au bout de nos projets

Ces 2 diablotins sont actifs auprès des personnes qui ont des difficultés à tenir un objectif. Ils nous empêchent de parvenir au bout de nos projets.

« Je déteste m’ennuyer », « Je suis curieux de tellement de choses ! », « Si on me demande de faire quelque chose, je culpabilise à l’idée de refuser »…

• Le diablotin PAPILLONNE

Son message dans notre dialogue intérieur : « Disperse-toi »

La personne met beaucoup d’énergie au début des projets, s’épuise rapidement et ne parvient pas à finir. Son bureau est encombré de piles de tâches passionnantes jamais terminées. Souvent, la personne n’a pas d’agenda car toute forme de contrainte est pénible. Elle aime changer de rythme et de méthodes. Les contraintes du temps obligé lui font horreur. Elle n’a ni montre, ni réveil, arrive en retard aux réunions et s’y ennuie. Tenir un ordre du jour en sa présence est un exploit car elle le construirait volontiers au fur et à mesure que les idées lui viennent. La personne qui est drivée par ce diablotin aime s’amuser, et elle s’amuse avec le temps. Plus elle trouvera les choses faciles et motivantes, plus elle réussira.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « Disperse-toi » à « Ce que je suis en train de faire est plus important que le reste »

– M’autoriser à terminer tranquillement ce que j’ai commencé, en me coupant des tentations (téléphone en silencieux, mail fermé…) 

• Le diablotin SOIS SYMPA

Son message dans notre dialogue intérieur : « Fais passer l’intérêt des autres avant le tiens »

La personne abandonne ses projets personnels dès que les autres la sollicitent. Son agenda est rempli mais elle ne le respecte pas… et bouscule ses priorités en fonction des impératifs extérieurs… elle prend du retard par excès de gentillesse et se le fait reprocher.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « Fais passer l’intérêt des autres avant le tiens » à « Je suis aussi important que les autres ! »

– Découvrir mes propres projets, mes propres envies, et apprendre à fixer mes priorités. Oser dire non de façon douce et ferme à une nouvelle demande, négocier le délai ou la qualité du livrable. 

Qui nous fait croire à la réussite mais gâche notre temps présent ou futur.

Ces diablotins font croire à la personne qu’elle a réussi mais l’empêchent de profiter du travail accompli, de faire le bilan et de tourner la page. Ils ont un enjeu clair : permettre l’atteinte de l’objectif mais saboter le succès (difficulté à ressentir de la satisfaction, focalisation sur les imperfections).

« Oui, j’ai fini mais bon… Il n’y a rien d’extraordinaire à cela… », « C’est quoi le prochain projet ? », « Si j’avais eu plus de temps, j’aurais bien fait quelque chose de plus complet encore »…

• Le diablotin NE T’ARRETE PAS

Son message dans notre dialogue intérieur : « Fais tout parfaitement »

La personne excelle dans le respect des procédures, des méthodes, des plannings. Elle s’organise bien et n’aime pas le travail « bâclé ». Elle travaille beaucoup, et tout le temps. Dès qu’une tâche est achevée, elle repart accomplir une autre tâche dont elle n’explorera que la partie mise en œuvre car « rêver » et « profiter du succès sont deux mots qui ne sonnent pas à ses oreilles.

La personne a un agenda bien tenu et achète volontiers des livres de gestion du temps. La culture occidentale valorise les « Ne t’arrête pas ! » car ils sont productifs et fournissent un travail soigné.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « Fais tout parfaitement » à « Me ressourcer est aussi une activité importante »

– Prendre du recul : tout ce que je fais a-t-il une réelle valeur ajoutée ? Qui pourrait contribuer à ce que je fais ? Je pense aussi à ma vie privée, qui est essentielle. 

• Le diablotin 36 FOIS LA MEME CHOSE

Son message dans notre dialogue intérieur : « Reproduis les mêmes erreurs »

Ce diablotin nous invite à négliger les enseignements du passé. En entreprise, il incite les groupes à ne pas capitaliser le fruit de leur succès.

Pour assouplir ce comportement, je peux :

– Le repérer, grâce à mon dialogue intérieur et/ou ce que j’observe de mes actes

– Passer de « Reproduis les mêmes erreurs » à « Certaines situations se ressemblent ; ce n’est pas une perte de temps que de faire le bilan pour être encore meilleur à l’avenir »

– Prendre le temps de faire des bilans : ce que j’aurais intérêt à continuer, cesser, ajouter une prochaine fois. 

La présence de nos diablotins se décèle à plusieurs indices :

– des émotions négatives comme la peur, le stress, une lourdeur

– les phrases de notre dialogue intérieur qui commencent par  » il faut « ,  » je dois « 

– les croyances limitantes telles que  » je ne peux pas  » ou  » c’est impossible « .

Apprenez à identifier vos diablotins. Lorsque l’un ou l’autre se manifeste, faites un choix rationnel. Choisissez – ou non – de tenir compte de son alerte sans renoncer à votre objectif !

Comment faire ? Commencez par des situations à faible enjeu. Par exemple, désobéissez à « Sois sympa » avec une personne bienveillante.

Savourez vos victoires, constatez que vos nouvelles pratiques n’ont pas de conséquence dramatique. Accumulez les preuves qui désamorcent le pouvoir de votre diablotin.

Progressivement, augmentez votre prise de risque sur des situations à plus fort enjeu.

En cas d’échec, n’abandonnez pas : revisitez les situations où agir différemment vous a permis d’être plus efficace. Relativisez l’échec au regard du bénéfice obtenu par ailleurs !

Illustration : @doriane.blnd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :